Borne 641.

 

La carte ci-dessous dresse l'inventaire des bornes 1 à 1367 (repère bleu). Inventaire non exhaustif... j'ai pu en oublier quelques-unes. Si elles restent bien présentes en forêt, il n'en est pas de même dans les endroits mis en culture. Elles sont souvent jumelées avec d'anciennes bornes, limites départementales le plus souvent (repère vert) ou bornes de concessions minières (repère rouge). De rares bornes sont encore visibles en milieu urbain.

 

Voir en plein écran

 

Légende de la carte (possibilité de zoomer) :

repère bleu, bornes frontières
repère rouge, bornes de concessions minières
repère vert, bornes antérieures à 1871

 

 


Borne 579.

 

La fin de la guerre.

L'armistice de la guerre avec la Prusse fut signé à Versailles, le 28 janvier 1871.

Un traité préliminaire de paix a été ratifié le 26 février 1871. La France doit céder à l'empire allemand les départements du Haut Rhin et du Bas Rhin (sauf l'arrondissement de Belfort), de la Moselle (sauf l'arrondissement de Briey), une partie de la Meurthe (arrondissements de Château Salins et de Sarrebourg) et une partie du département des Vosges (arrondissements de Saales et de Schirmeck).

«  Art. 1er. ―  La France renonce en faveur de l’Empire allemand à tous ses droits et titres sur les territoires situés à l’est de la frontière ci-après désignée...

L’Empire allemand possédera ces territoires à perpétuité, en toute souveraineté et propriété. »

 


Chiffre souligné par la neige.


La carte au liseré vert.

Pendant la guerre, une carte avait été préparée à Berlin par la division géographique et statistique de l'état-major. Elle déterminait les futures zones à annexer : « le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, et le nouveau département de la Moselle, comprenant les arrondissements de Metz, Thionville, Sarreguemines, ChâteauSalins et Sarrebourg ».

Et, lorsque le 26 février 1871, les préliminaires de paix furent signés à Versailles, c'est cette carte qui servit de base à la fixation de la nouvelle frontière :

« La frontière se trouve marquée en vert sur deux exemplaires conformes de la carte du territoire formant le gouvernement général d’Alsace, publiée à Berlin, en septembre 1870, par la division géographique et statistique de l’état-major général.


Toutefois, le tracé indiqué a subi les modifications suivantes, de l’accord des deux parties contractantes : dans l’ancien département de la Moselle, les villages de Sainte-Marie-aux-Chênes, près de Saint-Privat-la-Montagne, et de Vionville, à l’ouest de Rezonville, seront cédés à l’Allemagne. Par contre, la ville et les fortifications de Belfort resteront à la France, avec un rayon qui sera déterminé ultérieurement ».

 


Borne 249.

Borne 598.

 

La nouvelle frontière.

Un long processus pour délimiter et piqueter la nouvelle frontière va alors s'engager.

« Une commission internationale, composée des représentants des Hautes Parties contractantes en nombre égal des deux côtés, sera chargée, immédiatement après l’échange des ratifications du présent Traité, d’exécuter sur le terrain le tracé de la nouvelle frontière... »

Elle comprenait, pour la France, le général d'Outrelaine et le colonel Laussedat, et, pour l'Allemagne, le général von Strantz, l'ingénieur des mines Hauchecorne et l'assesseur de régence Herzog. Cette commission était chargée, après enquête sur le terrain, de tracer la nouvelle frontière, insuffisamment précisée par le traité des préliminaires.
Les points qui ont surtout posé problème : des communes du nord de la Moselle (en échange d'une zone autour de Belfort), la gare d'Avricourt et deux communes au pied du Donon.

Cette commission va se réunir jusqu'en 1877, avec une promulgation de l'accord le 2 mars 1878.

Aux endroits de passage, l'Allemagne posa d'abord de simples poteaux en bois peints aux couleurs des deux états. Puis les remplaça, à partir de 1889, par des poteaux frontières en fonte surmontés de l'aigle impérial.

 


Bornes conservées en milieu urbain. Villerupt et Joeuf.

 


Borne 174. La cohabitation de deux mondes...

 


Borne 190 relookée !

 

 

-